MarocMaroc





Le thermalisme reprend le sourire


Le thermalisme reprend le sourireLa fréquentation des cures thermales médicalisées progresse de façon ininterrompue depuis sept ans, portée par le vieillissement de la population et des efforts de modernisation. En 2017, la hausse de la fréquentation des 90 stations thermales françaises se poursuit et reste en bonne progression avec plus de 1,8 % de hausse et 600 500 curistes accueillis.


Le dynamisme de la filière thermale a permis de créer 900 emplois par an ces trois dernières années, selon des chiffres publiés par le Conseil national des établissements thermaux (CNETh). Rappelons que 100 000 emplois directs, indirects ou induits dépendent du thermalisme, qui génère 1,100 milliard d’euros de volume d’activité, chaque année.

 

Depuis 2010, le nombre de Français qui réalisent ces cures dans le cadre conventionné par la Sécurité sociale a augmenté de plus de 18%. Un rebond qui intervient après des années 1990 et début des années 2000 liée à la "perte de pertinence du traitement thermal" dans les pathologies des voies respiratoires, l'indication historique des cures thermales, indique à l'AFP Claude-Eugène Bouvier, délégué général du CNETh. Ce renouveau s'explique, selon le dirigeant, par l'augmentation constante du poids des plus de 65 ans dans la population. L'engouement pour la médecine thermale est aussi porté par la défiance grandissante vis-à-vis des médicaments, et la recherche de thérapies plus "naturelles", estime-t-il. "Les médecins portent aujourd'hui un regard plus positif sur le thermalisme, du fait notamment des résultats encourageants de la recherche thermale", affirme aussi le CNETh dans un communiqué.


L'âge moyen des curistes est de 63 ans et les deux tiers d'entre eux sont des femmes. La rhumatologie, et notamment le traitement de l'arthrose, reste la première raison de prescription de ces cures, tandis que d'autres comme les affections psychosomatiques progressent.

 

DEVELOPPEMENT DU TOURISME DE BIEN-ETRE

Dans le cadre de la convention conclue avec la Sécurité sociale en 2003, après un rapport très critique de l'Inspection générale des affaires sociales en 2000, le secteur s'est engagé à démontrer le "bénéfice médical rendu" des cures médicalisées, en échange du maintien de leur remboursement.
Une dizaine d'études publiées depuis 2008 comparent l'efficacité de la cure thermale à des traitements classiques, pour la prise en charge des troubles anxieux, de l'arthrose, du surpoids ou encore de l'insuffisance veineuse chronique.
Les stations thermales se positionnent aussi comme un lieu privilégié de prévention et de pédagogie à la santé, et développent des prestations complémentaires, non remboursées dans ce sens. L’utilisation du terme « Spa Thermal » prend alors tout son sens. Alors que cette extension d’offre s’adresse aux curistes, elle permet également d’attirer une nouvelle clientèle, convaincue des bienfaits de l’eau thermal. Et si les cures conventionnées représentent encore 95% de l'activité du secteur, les prestations "bien-être" se développent.

 

DE LOURDS INVESTISSEMENTS POUR RENOUVELER L’OFFRE

Depuis plusieurs années, les stations thermales réalisent de nombreux investissements qui répondent aux objectifs de santé publique et attestent du dynamisme du secteur. Ils se répartissent entre les forages, la protection de la ressource, la rénovation et l’extension des thermes et des installations dédiées au bien-être, les équipements thermaux, l’hébergement…

 

Entre 2016 et 2021, le montant estimé des investissements des stations thermales s’élève à 825M€. La Compagnie Lebon termine la rénovation et l’extension des sites de Brides-les-Bains et Salins-les-Thermes pour un montant de 14M€ et a repris la station d’Allevard en Isère. Le groupe L’Oréal a acquis les Thermes de Saint-Gervais-les-Bains, et démarre un programme de rénovation de l’ordre de 4M€. France Thermes à Châtel-Guyon lance un chantier de 32M€ pour créer un Resort thermal accompagné par la Caisse des Dépôts et Consignations. A Dax, le groupe Bérot a investi 4M€ dans la réfection des Thermes Jean Nouvel.

 

A l’horizon 2020, l’agglomération de Nancy inaugurera au cœur de la ville les anciens thermes fermés depuis un siècle qui deviendront le Grand Nancy Thermal.

Ellie MIA



Le 12/02/2018

E-Nymphea Collexion

 
 

Séparateur CODE Beauté A VOS AGENDAS Séparateur CODE Beauté

A vos Agendas
Planifiez vos déplacements
sur les évènements incontournables

 

AUGMENTER LA VENTE DE PRODUITS POUR DOPER VOTRE RENTABILITE

 

LE GUIDE DES PROS - Annuaire des fournisseurs et outil de mise en relation entre fournisseur et acheteur

 

Vous cherchez un emploi, un stage dans la beauté et le bien-être

 

FORMATIONS

Toutes les formations

des marques et des écoles en un clic

 


Se connecter



login :
password :
 
   Se souvenir de moi
 
Mot de passe oublié